Menu

Actualités

29/05/2020

Du télétravail #1 : non les bureaux ne vont pas disparaître

Article d'opinion initialement publié sur LinkedIn le 29 mai 2020 sur le profil de Jean-Christophe Antoine, Président d'Atland Voisin



Points clés à retenir :

  • - L’expérience vécue pendant deux mois de 70 % de salariés, éloignés de leurs bureaux, crée un terrain favorable pour questionner le besoin de revenir au bureau. 
  • - Plus de 80% des Français sont satisfaits de leurs bureaux et de leur temps de trajet domicile-travail
  • - Les facteurs objectifs qui peuvent motiver le recours au télétravail (prix élevé de l’immobilier, forte densité des espaces de travail, temps de trajet allongé) se concentrent dans quelques zones tertiaires en Île de France (ou métropoles, à la marge)
  • - L’immobilier constitue peut-être le deuxième poste de coût d’une entreprise, mais l’ordre de grandeur n’est pas comparable avec la masse salariale : les salaires représentent six fois les coûts immobiliers
  • - Changer d’organisation du travail, dans le temps et dans l’espace, est séduisant, mais doit se faire avec une large préparation. 



Puisque tout le monde y va de son article sur « la fin des bureaux », « le travail est mort, vive le télétravail », etc. permettez-moi de me joindre à la fête. Ces dernières semaines ont apporté leur lot d’annonces chocs : PSA en France annonce que le télétravail sera ouvert à 80% des effectifs hors sites de production, aux États Unis Twitter qui annonce sa généralisation, Facebook qui offre un temps de réflexion à ses salariés éligibles jusqu’à la fin de l’année. De quoi semer le doute dans l’esprit des lecteurs les plus sérieux, non ?


Mais avant d’aller plus loin je me confesse : je suis « conflicté » comme il est de coutume de dire dans le jargon des entreprises, pétri de vilains anglicismes. À titre personnel je suis partie prenante de ce marché des bureaux et en tant qu’investisseur, je suis en effet suspect de favoriser cette industrie ou au moins de prendre sa défense, soit. 


Mais au-delà de ça, permettez-moi de faire une autre déclaration : je crois aux bureaux et à l’industrie à laquelle je me consacre depuis plus de trente ans. J’ai construit ma carrière professionnelle autour d’un constat, celui d’investir dans un actif utile à la société. Pas un actif parfait, mais nécessaire.


J’espère que ce billet contribuera utilement aux discussions animées que ce sujet suscite. Ouvrons le débat :


Les Français sont très majoritairement satisfaits de leur bureau et lui reconnaissent son rôle clé sur le plan relationnel

Entrons dans le sujet, en revenant juste un peu en arrière avec une étude[1] publiée par ACTINEO en 2019 :

  • 80% des actifs trouvent que leur bureau est adapté à leurs besoins. 
  • 85% des répondants se disent très satisfaits ou plutôt satisfaits de la qualité des interactions que le lieu de travail permet d’avoir avec collègues et hiérarchie


Les 19 – 25 ans sont encore plus sensibles à l’aspect social de la vie de bureau, qui joue un rôle encore plus important au moment où l’on arrive dans la vie professionnelle. Un point non négligeable pour toute entreprise souhaitant attirer de nouveaux collaborateurs. 


Enfin, pour l’anecdote, la machine à café reste citée comme l’un des espaces les plus importants.


Ce sondage est bien entendu à pondérer après cette longue expérience, mais nous y reviendrons. 


Les plateaux ouverts, ou open-space, ne concernent que 12% des postes

Autre enseignement de cette étude : 66% des répondants travaillent dans des bureaux fermés, individuels ou partagés à deux ou trois personnes. Les 34% restants se trouvent dans des espaces ouverts open-space, dont 22% qui comptent moins de 10 personnes. Mon constat est le même, au-delà de cette étude de référence, lorsque je visite des sites un peu partout en France, l’open-space apparaît fantasmé, la réalité est plus simple. 


Nous sommes loin de « l’open-space m’a tuer », vous en conviendrez. C’est pourtant bien cette vision qui domine les imaginaires et qui amène à envisager la « mort du bureau ».


En dehors de l’Île-de-France, 80% des Français se déclarent satisfaits de leur trajet domicile travail

Intéressons-nous désormais à une autre étude. Dans l’enquête Ipsos[2] de 2019 sur les mobilités, on apprend que 69% des personnes mettent moins de 30 minutes pour aller au travail. Elles sont 31% à mettre plus de 30 minutes par trajet. Ajoutons immédiatement que la situation varie fortement en fonction de la région : en Île-de-France elles sont 54% à mettre plus de 30 minutes. Cette « géographie tertiaire » se reflète dans le niveau de satisfaction exprimé quant aux transports : 75% de personnes satisfaites en moyenne en France. Mais 63% seulement en Île-de-France, alors que les autres régions sont en grande majorité aux alentours de 80%. 


L’immobilier coûte six fois moins cher que les salaires, les ordres de grandeur ne sont pas comparables 

L’immobilier a un coût. La question peut légitimement se poser de savoir si ce coût représente le « Juste prix », pour reprendre le titre d’une émission de télévision disparue. 


Si nous reprenons un argument souvent utilisé : l’immobilier est le deuxième coût des entreprises après la masse salariale, cela marque les esprits. Mais l’ordre de grandeur n’est pas comparable. 


Le ratio est en réalité de 1 à 4 si on compare le chiffre brut de l’ARSEG qui publie le coût moyen d’un poste de travail en France (13 566 €)[3] et le coût moyen d’un employé en France selon l’INSEE[4] (51 839 € par an toutes charges comprises). Allons dans le détail : l’ARSEG précise que ce coût provient à 24% des moyens et équipements (ordinateurs, imprimantes, fournitures, courriers, etc.), autant de coûts incompressibles avec ou sans immobilier. Et 50% viennent des loyers, assurances, et taxes locales. Le loyer est une part importante, mais l’ARSEG se base sur un échantillon où l’Île-de-France est très largement surreprésentée (plus de 50%). Or les loyers moyens en Île-de-France sont deux fois supérieurs au reste de la France. On peut donc estimer que le ratio entre masse salariale et coût de l’immobilier est de 1 à 6. 


Dit autrement, le deuxième poste de coût (l’immobilier) est six fois plus faible que le premier (les salaires). 


En 2017, IBM a abandonné sa politique 100% télétravail

Depuis 2017 IBM est revenue sur sa politique « 100% télétravail », imposant à tous ses salariés de revenir au bureau. Ce « demi-tour toute » est d’autant plus marquant qu’IBM avait été initialement applaudie pour cette politique supposément visionnaire. Ce retournement devrait nous alerter sur les limites du télétravail sans limites, sans préparation. Changer son organisation du travail ne se fait pas du jour au lendemain. 


« Un exemple d’échec ne saurait démontrer que le télétravail ne fonctionne pas » me direz-vous peut être ? Et vous aurez raison, a fortiori après avoir constaté collectivement que le télétravail fonctionnait très bien (et c’est tant mieux) ! Mais gardons-nous également de donner trop de poids aux annonces fracassantes faites par des entreprises acculées financièrement (PSA) ou ayant mis des années à atteindre péniblement la rentabilité (Twitter). Changer son organisation du travail du tout au tout ne se fait pas du jour au lendemain. Le bureau a beaucoup évolué depuis 20 ou 30 ans et nous, professionnels de l’immobilier, sauront une nouvelle fois adapter nos immeubles aux attentes de nos locataires.


Je m’interroge alors : pourquoi voudrait-on réparer quelque chose qui n’est pas brisé ? Pourquoi voudrait-on d’un seul coup généraliser le télétravail dans une logique « taille unique » ? Pourquoi maintenant, alors que son inexorable ascension se fait attendre depuis 20 ans ?


À suivre dans l’épisode 2 !




----

[1] Enquête sur la qualité de vie au bureau, 31 mars 2019, par L’observatoire de la qualité de vie au travail https://www.actineo.fr/sites/default/files/enquete_actineo_2019_-_rapport_complet.pdf

[2] Enquête sur les mobilités du quotidien dans les régions françaises, 30 septembre 2019, par Ipsos, Transdev, et Régions de France http://regions-france.org/wp-content/uploads/2019/09/Ipsos_Mobilite%CC%81s-en-re%CC%81gionSept2019-Rapport-France-Bleu.pdf. Autre étude sur le sujet : https://www.dropbox.com/s/pvi1m5kgw225k2r/BVA-PopEcho%20-%20Les%20salari%C3%A9s%20et%20la%20mobilit%C3%A9%20-%20Septembre%202018%20-%20Rapport%20complet%20VDEF%20DEF.pptx?dl=0#

[3] https://www.arseg.asso.fr/news/combien-coute-un-poste-de-travail-en-2019

[4] https://www.insee.fr/fr/statistiques/1371004

Étape 1 / 3

Vos données personnelles sont traitées conformément à la réglementation en vigueur. Pour prendre connaissance de vos droits cliquez ici

ATLAND VOISIN s'engage à faire ses meilleurs efforts pour assurer la confidentialité de toute information personnelle fournie via le formulaire de contact. Toutefois les utilisateurs conviennent expressément que les messages ainsi transmis peuvent être interceptés sur le réseau. Jusqu'à ce qu'ils nous parviennent, leur confidentialité ne peut être garantie et ATLAND VOISIN ne saurait être tenue responsable en cas de perte ou dommage résultant d'une éventuelle interception.

ATLAND VOISIN (ou ses fournisseurs) pourra utiliser les informations personnelles recueillies à travers les différents formulaires, de même que les informations techniques et de navigation collectées par le biais de traceurs (cookies), dans le cadre du traitement des dossiers clients et plus généralement de toute action participant à l'exercice de ses services. Toute autre utilisation, par exemple l'envoi de lettres d'informations, se fait conformément aux obligations réglementaires. ATLAND VOISIN s'engage notamment à ne pas transmettre les données recueillies à des fins commerciales à quelque tierce partie que ce soit.

En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée (1), vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez-vous adresser par courrier à ATLAND VOISIN - 15 Place Grangier 21000 DIJON, ou par email via le formulaire de contact.
(1) Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Cette loi a été complétée par le REGLEMENT GENERAL DE PROTECTION DES DONNEES, règlement européen entré en vigueur le 25 mai 2018. Selon la CNIL « ce règlement européen consacre et renforce les grands principes de la loi Informatique et Libertés, en vigueur depuis 1978, et accroît sensiblement les droits des citoyens en leur donnant plus de maitrise sur leurs données. Du côté des organismes (privés ou publics) les collecteurs de données voient leurs obligations accrues. Ils devront en effet assurer une protection optimale des données à chaque instant et être en mesure de la démontrer en documentant leur conformité ». ATLAND VOISIN s’inscrit dans cette démarche depuis ses débuts en collectant quasiexclusivement des données nécessaires à la seule exécution de ses services. Nos équipes se tiennent pleinement disponible pour apporter tout complément d'information quant à l'usage de vos données et faire valoir vos droits à cet égard.

Service réclamation auprès de la CNIL 3 Place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS CEDEX 07 Tél : 01 53 73 22 22 /Fax : 01 53 73 22 00 Ou à l’adresse www.cnil.fr/fr/plaintes ou www.cnil.fr